EMULATION

Qui n'a pas de passé n'a pas d'avenir...

L'émulation - ou pour être techniquement précis, la simulation (l'émulation s'appuyant sur du hardware) - consiste à
utiliser un logiciel d'un système informatique pour faire tourner un autre système. Ainsi, on peut donc très bien retrouver les joies de son ATARI ou de sa GAMEBOY sur son PC. Le monde de l'informatique allant très vite, je trouve personnellement MAGIQUE de pouvoir avoir de nos jours accès à toutes les machines qui sont passées entre nos mains. Mais c'est aussi fondamental de pouvoir avoir accès aux technologies d'hier, et à mon sens, l'informatique est le seul domaine où c'est possible.

En ce qui concerne la législation, il me semble que l'émulation (hardware et software) n'est légale que si l'on possède le matériel et logiciels originaux.
Aucune rom ne se situe sur ce site.

Sur cette page on trouvera les émulateurs des machines que je possède (dans l'ordre chronologique de leur apparition). Ces émulateurs ont étés choisis avec soin pour leur interface, leur qualité d'émulation et leur compatibilité avec Windows XP. Un seul émulateur par machine, testé et approuvé, vous pouvez donc y aller les yeux fermés. Pour chaque machine vous trouverez aussi le meilleur site que je connaisse qui y soit consacré et des sites monumentaux traitant de l'émulation.

Bon voyage en Amnésie !

 

SOMMAIRE

 

LE VIDEOPAC

Sorti en 1978 (mon année de naissance :-) )

Cette machine est plus connue de l'autre côté de l'atlantique sous le doux nom de Magnavox Odyssey². Une pléthore de modèles sont sortis: (JOPac, Videopac+, G7000...)

Le modèle que j'ai est un G7200 avec un écran intégré !!! (en noir et blanc certes). Une sortie péritel permet de le brancher sur la télé et de profiter de la couleur.

Son processeur est un 8048 (8bits) cadencé à 1,79 Mhz disposant d'une mémoire de 64 octets
Sa mémoire vidéo / audio était de 128 octets
Son bios pesait 1024 Octets (1ko).

Les cartouches utilisées alors ressemblaient à ça :

Et une mention spéciale sur la boite spécifiait quand la taille dépassait les 4ko !

Cette machine disposait néanmoins de cartouches "professionnelles" : une pour la programmation et une pour créer des scrollings...
Et puis si aujourd'hui elle prête à sourire de par ses caractéristiques, le fun que l'on retire à jouer à certains jeux n'existant que sur cette console est incomparable (Killer Bees...).

L'émulateur que je préconise est OE2M
accompagné de son frontend qui évite la ligne de commande (OE2MLauncher) :

Un site assez bien conçu traitant de l'historique du VideoPac : Videopac.net

 

L'AMSTRAD CPC

Sorti en 1984.

Une de mes machines préférées avec l'ATARI ST.

Plusieurs modèles sont sortis en France : le 464 (cassette, 64ko de RAM), le 664 (disquette, 64ko de RAM) sorti en 1985, le 464+ (cassette (!!!) et lecteur de cartouche ) le 6128 + ( disquette et cartouche) et la gx4000 (console avec uniquement le lecteur de cartouches, je connais q'un seul gars qui a osé : Chenaux) sortis en 1990. Et le fameux 6128, sorti en 1985, celui dont on parlera ici.

Il est équipé d'un Z80A cadencé à 4Mhz et dispose 128 ko de RAM (comme sur ma HP48 :-) ) . Son contrôleur vidéo est un CRT 6845 (de chez Amstrad) qui pouvait afficher du :

. Son processeur sonore est un
AY-3-8912 (pour savoir ce que ça donne, testez la radio de amstrad.org ). Une rom de 32k lui permettait néanmoins de s'allumer en offrant la mire du BASIC 1.1. :

Les disquettes utilisées alors étaient au format exotique de 3"

Ce qui ne facilite pas la création d'images pour l'émulation...

Toujours est-il qu'au niveau software, on trouve de tout. Des jeux, des utilitaires (OCP ART SUTDIO, assez éloigné de photoshop en fait :-) ), des langages de programmation, et quelques (très peu) softs professionels : traitement de texte, tableur...

En tout cas j'ai passé pas mal de temps sur cette machine et ça m'arrive encore de temps à autre...

En ce qui concerne l'émulation, je vous conseille l'excellent WinApe.

pour les liens à visiter je ne saurai trop vous recommander amstrad.org (coucou au webmaster pacorabane) qui propose entre autres l'excellent émulateur en ligne J-E-M-U (Le J de J-E-M-U veut dire Java assurez vous d'avoir donc une virtual machine ) et une radio fort sympa (raaah la musique de commando... ça y est, j'ai a nouveau 9 ans). En ce qui concerne les roms, je ne saurai trop vous recommander The Amstrad Cpc Game Resource (T.A.C.G.R.)

Il existe encore des productions CPC de nos jours, vous en aurez le coeur net en cliquant fébrilement sur ce lien

 

L'ATARI ST

Sorti en 1985.

Yannoux, "Spéciale dédicace" :-)

L'atari ST s'est décliné majoritairement sur une gamme de 2 produits: le STf (Usu!) et le STe. En France en tout cas. Le STm existe bel et bien, mais ne disposait pas de TOS (voir après) en rom, ni d'adaptateur télé (modulateur RF), ni de lecteur de disquettes interne(ce qu'avait le STfm). Chaque produit ayant deux gammes : le 520 et le 1040 (comprenez 512ko et 1024ko de RAM). Nous ne parlerons pas ici des génération d'après : TT (68030 ayant plus pour cible le monde professionnel) ou des Falcon (équipé d'un 68030, système multi-tâches, port réseau, le tout dans le boîtier d'un ST), ou des versions portables des ST (STacy, ST Book) ou encore des ST améliores (MEGA STe à 16 Mhz...). Ces dernières machines ayant eu un succès limité.

Bref, revenons à nos moutons. Le ST, une machine phénoménale. En guerre perpétuelle avec l'amiga -oui ! encore aujourd'hui ! - j'ai décidé de ne pas rentrer dans ce stupide jeu (j'ai déjà donné quand j'avais 14 ans) mais un document établissant la coopération entre ces deux constructeurs existe bel et bien. Toujours est-il que le combat continue... même après la mort respective de ces deux machines. Essayez donc un petit GoogleFight !

Ma machine était un 520 STe (1989) et donc avait 512ko de RAM à la base. Après en avoir facilement rajouté (il fallait les souder sur STf !!! ouf !) grâce à JFO (voir mes créations), je disposais de 2Mo au total (on pouvait aller jusqu'a 4Mo).

son CPU est un 6800 cadencé à 8 Mhz (en arrondissant). D'ailleurs ST veut dire "Sixteen/Thirty-two" en se référant au 68000 32 bits interne et 16 bits sur le bus externe.

J'ai la chance d'avoir deux disques dur (un de 30 Mo un de 50 Mo), dont un que j'ai trouvé dans la rue avec le rédacteur 4 (traitement de texte) installé dessus et des articles de chez... Libération !!! Comme quoi on devait trouver des ST dans les entreprises. Pour vous donner un exemple de ce qu'est un disque dur, regardez cette photo :

La grosse bête sur le ST, c'est le disque dur...

En théorie on devait pouvoir sérialiser les disques dur (Non, c'était pas du RAID-5 :-) ). Malheureusement le disque dur que avait été récupéré sans cordon de raccordement ni alim, je devais donc switcher manuellement les deux disques.

La carte vidéo de la machine pouvait afficher les modes 320×200 (16 couleurs), 640×200 (4 couleurs), 640×400 (monochrome), parmis une palette de 512 couleurs pour le STf, 4096 pour le STe. Par ailleurs le STe disposait d'un coprocesseur graphique, le blitter (affichage de sprites en bit-blit). Il devait augmenter les performances d'affichage de l'ATARI mais il fut majoritairement ignoré par les développeurs (merci Thalion pour Wings of Death et Lethal Excess).

Les capacités sonores du ST reposaient nativement sur un Yamaha YM2149, et son interface MIDI a permis à de nombreux musiciens de produire des choses fantastiques. D'ailleurs Fat Boy Slim et autres Cut Killer l'utilisent encore ! A noter que Cubase est disponible sur ATARI.

Les ATARI STf et STe disposaient d'un système d'exploitation en ROM nommé le TOS (The Operating System). A mon sens, la version 1.62 est la plus répandue en France. Une image de cette ROM est d'ailleurs nécessaire. Le TOS comportait une interface graphique relativement évoluée (Microsoft, brevet sur le double-clic : MORT DE RIRE !) nommée GEM (Graphical Environment Manager).

Le lecteur de disquette prenait du 3"5 double face en 720 ko (c'était pas du HD, pas à l'époque !!!). Du moins sur les derniers STf et tous les STe.

Pour ce qui est des logiciels, le ST dispose d'une large gamme de softs. Bien sûr on trouve des jeux. Ci-après, une trouvaille absolument géniale (que je n'ai retrouvé sur aucune machine). C'était à l'époque du FREEWARE qui j'avais eu dans ST Mag ( je ne pense pas que son statut aie changé ). Il se trouve d'ailleurs sur la disquette de la "démo carrefour" présente sur la page mes créations (qui regorge d'autres secrets). Allez-y n'hésitez pas à le télécharger :

Swap Tiles
(JFO : VIANDOX !!! :-) )

On trouve aussi sur ST des traitement de textes, des L3G, des logiciels de retouche photo (si, si), des visualiseurs qui permettaient de s'affranchir de la barrière des 16 couleurs en passant par du flickering, de quoi faire du raytracing (POV, voir mes créations), de la musique... Que du bon.

En ce qui concerne l'émulateur y'a pas photo. C'est STEEM . Et concernant le site en général aucune question non plus a se poser, c'est Little Green Desktop que l'on trouve sur cette url qui répond au doux nom de www.atari.st. Citons également le site francophone de Mr Nours, et le site de St Magazine qui renait de ses cendres. Pour ceux qui ne cherchent pas que des jeux et qui se débrouillent un minimum en allemand (j'en connais au moins un, moi) il y a le site st-computer. Enfin, certains groupes mettent en ligne les images des disquettes de l'époque contenant en général plusieurs jeux par disquette : D-Bug, Fuzion.

Une dernière chose sur l'ATARI, en fait, il n'est pas mort, il tourne encore. Quoi ? une preuve ? OK. Allez voir là-bas si j'y suis.

 

LE GAMEBOY (1ere génération)

Sortie en 1989.

Le Gameboy a été décliné sous plusieurs versions color (1998), advance (2001) qui assurent la compatibilité ascendante. Je me suis arrêté à la version originale, celle de 1989.

Le gameboy possède un Z-80 (8bits) à 1,05 Mhz. Sa mémoire est répartie en 8ko internes / 8 ko externes Son écran affiche du 160x144 sur un écran matriciel LCD en 4 niveaux de gris. Pour ce qui est du son, c'est du 4 canaux en stéréo.

Une panoplie d'accessoires sont sortis (loupe éclairantes, mallette, joysticks...) Mais pour moi rien ne vaut l'étui en laine qui ferme par un bouton pression tricoté par ma soeur !!! (Ririze, un mot sur le livre d'or, please !!!)

Sur cette machine on ne trouve évidemment que des jeux ( une tentative d'appareil photo / imprimante avec les softs allant avec ayant quand même été tentée sur color je crois, ) sous forme de cartouches :

Gargoyle's Quest
Le premier jeu que j'ai acheté (en plus du TETRIS que j'avais eu avec le package Gameboy).

 

L'émulateur a utiliser selon moi est visual boy advance. Ce dernier permet non seulement d'émuler le Gameboy première génération mais aussi les suivantes (color, advance).

 

LA SEGA MASTER SYSTEM

Sortie en 1984.

Les premières versions sortirent au Japon sous le nom de g1000-Mark III en 1984. Ce n'est qu'en 1986 que SEGA commercialisera la master system tel que je la possède.

La master system a un processeur Z-80 (8 bits) cadencé à 3,5 Mhz. Elle est dotée de 8ko de RAM, 16Ko de RAM vidéo. Sa carte graphique provient de chez Texas Instruments (TMS9918) et peut afficher du 256*192 en 52 couleurs parmis 256. Cette configuration lui permet également 16 sprites de 8x8 pixels également.

Son processeur sonore est un Texas Instruments SN76489, 4 voies en mono (également un YM2413 sur certains jeux).

Quant aux supports la Master System I supporte les cartouches mais aussi les cartes (le lecteur ayant disparu sur la Master System II)

A l'occasion de ses diverses sorties différents jeux furent inclus en ROM. Tout d'abord il y eu le jeu du labyrinthe et de l'escargot (personnellement je ne l'ai pas vu). puis Hang-on, Safari Hunt (package avec le pistolet), Alex Kidd and the miracle world puis enfin sonic sur la Master System II.

Des quelques accessoires sortis, je ne possède que le pistolet (et opération wolf... rhaaaa !!!). Mais de nombreux joysticks et autres lunettes 3D sont également disponibles.

Du côté des jeux on retrouve beaucoup d'adaptations de jeux d'arcade SEGA (étrange, hein ?) : Shinobi, Altered Beast, Thunder Blade, Wonder Boy, Fantasy Zone... Citons également les alex kidd (mascotte de la console avant d'être détronné par Sonic qui fut chargé de porter également le drapeau de la megadrive).

Pour l'émulation il s'agit à mon sens de récupérer FreezeSms le seul émulateur que j'ai vu jusque ici qui propose de récupérer les scan des jacquettes, les walktrough, les reviews et j'en passe... ça evite de scanner ses boites et c'est impressionnant !!!

Pour le reste, la meilleure adresse à mon sens est ZoneSega

 

LE HP48

Sorti en 1990.

Le HP48 a été décliné en plusieurs modèles 48S,SX,G,G+ et GX (le SX est sorti en 1990, le S en 1991, les G et GX en 1993, le G+, que je ne connais pas, en 2003). Cette machine m'est toujours apparue comme une bénédiction. Programmable en assembleur ou avec des primitives systèmes en plus de son langage de "haut niveau" (le RPL)... De plus elle dispose d'un buzzer (oui ! du son) d'une horloge interne, d'un port infrarouge... Très en avance sur son temps (bien avant la mode du compact flash ou du blue tooth) !!!

Enfin ce qui est sur c'est que le HP48 n'est pas une calculette, presque pas une calculatrice. Je dirai que c'est un calculateur. D'ailleurs le HP 48 peut paraître un peu obscur aux néophytes. En effet les calculs sur HP se font selon la RPN (Reverse Polish Notation) avec une pile. Si l'on tape par exemple 3 + 5 on obtient... une erreur ! il faut taper 3 5 + pour obtenir 8. La pile permet d'agencer des calculs complexes et d'obtenir les résultats intermédiaires correspondants. On met 1 semaine à s'habituer et on ne peut plus s'en passer !!!

Le HP48 est doté d'un processeur SATURN (4-bits) de chez NEC, cadencé à un peu moins de 4 Mhz. En ce qui concerne la RAM, les séries S,G,SX et G+ sont dotés de 32 ko de RAM. La HP 48 GX possède 128 ko de Ram.

Les HP 48 SX, G+ et GX possèdent des lecteurs de cartes mémoires qui peuvent soit être fusionnées avec la RAM de la HP, soit fonctionner comme support externe.

En théorie la HP48 affiche du 131*64 en deux couleurs sur son écran LCD. En pratique, de nombreux programmes utilisent les niveaux de gris :

Quelques accessoires et périphériques sont sortis: un des seul que j'ai vu entre les mimines d'une connaissance (Jean-Luc Legros) était l'imprimante thermique hp82240b. Fonctionnant avec le port infrarouge de la HP, elle permet de sortir des listings des graphiques. Seul problème du fait de l'impression thermique : les impressions s'estompent avec le temps.

Les cartes mémoires sont également assez répandues (j'ai eu une carte 32 ko en achetant un des derniers modèles de 48 gx sorti (j'ai bossé un été en tant que réceptionniste pour ça ) ). Ci après la capture d'une carte 1 Mo :

De nombreux logiciels (oui, a ce niveau là, la frontière entre programme et logiciel est assez faible) sont sortis : algèbre, compression de données (si, si !), jeux en niveaux de gris, Bases de données, outils mathématiques... Et la plupart conçus par des utilisateurs et non des entreprises.

En ce qui concerne l'émulateur, je conseille très fortement EMU48. Celui-ci nécessite une ROM qu'il faut apparemment convertir (décompresser ?) qi besoin est au moyen de l'outil 'convert' fourni dans l'archive de l'émulateur. Elle passe alors de 512 à 1024 ko. Si l'on trouve la rom assez facilement et si HP a généreusement accepté le téléchargement de cette rom sur HPCalc.org, j'ai dumpé la rom de ma HP moi-même (les outils pour le faire se trouvent plus aisément encore). Ca dure un certain temps mais qu'est-ce que c'est jouissif d'émuler la rom de sa propre machine !!!

Depuis, la calculatrice de base windows, je l'ai désinstallée :-)

Et s'il est bien un site à consulter pour les calculatrices HP, c'est HPCalc.org. Sinon, j'ai trouvé une page intéressante qui comporte plein d'informations... intéressantes.

 

LA SUPER NES

Sortie en 1990.

La Super Nes est la grande soeur de la fameuse Nintendo Entertainment System (NES). Elle a été déclinée en 3 versions : La super famicom (Japon), La super Nes USA, et la Super Nes europe. Les cartouches n'étant de base uniquement compatibles avec leur console respective.

La super nintendo est dotée d'un processeur 16 bits propriétaire le WDC 65C816 ayant 128ko de mémoire interne à disposition. Il peut tourner à plusieurs fréquences : 1.79MHz, 2.68 MHz, ou 3.58 MHz. Il faut compter également 128 ko de RAM.

Son processeur viéeo manipule 16 bits et dispose de 64 Ko de RAM. Disposant du fameux "mode 7" (un des principaux arguments de vente de la console) une ébauche de prise en charge de 3D.

Ci-dessus F-Zero un des premiers jeux de la console. Le circuit des courses est rendu en mode 7 (ok ça pixellise, c'est pas beau mais à l'époque, de la 3D en rom sur la console...)

Il affiche du 256 * 224 qui est quadruplé par certaines astuces de code dans certains jeux (512 * 448) en 241 couleurs parmis 32768 (seul le mode 7 affiche 256 couleurs). Son processeur sonore est un Sony SPC7000 8-bit qui arrive à produire quand même du son 16 bits. Il est cadencé à 4.1 MHz et dispose de 64 Ko de mémoire.

En ce qui concerne les périphériques et autres, il y a eu pas mal de choses sorties : une souris (mario paint), un bazooka pour tirer sur la télé, Un convertisseur de cartouche gameboy, des dédoubleurs de joyticks (pour jouer jusqu'a 6), des convertisseurs de cartouches et autres game genie (permettant de fixer telle valeur à telle adresse mémoire, par exemple d'avoir toujours 255 vies).

Les cartouches européennes et japonaises (même si elles n'étaient pas compatibles entre elles) ressemblent à ceci :

Les convertisseurs disponibles marchent tous sur le même principe : on met une cartouche de la région d'origine dans le convertisseur en même temps que la cartouche cible. Le convertisseur utilise l'information région de la première cartouche et les données du jeu de la deuxième.

Pour ce qui est de l'émulateur je recommande ZSNES, très abouti et facile d'utilisation.

 

LES VIEUX PC SOUS DOS

MS-DOS sorti en 1981

Il s'agit ici d'un cas particulier.

En effet, jusque ici les émulateurs présentés émulent d'autre machines qui utilisent des processeurs et des
formats de stockage qui peuvent être différents.

Cependant voilà, il existe des vieilles applications (les jeux entre autres) ne fonctionnant que sous DOS. Le MS-DOS (pour MicroSoft Disk Operating System) est un système d'exploitation qui fut utilisé des années 80 jusqu'au milieu des années 90. 15 ans d'existance ça l'aisse des traces. En effet nombre de softs sont sortis, achetés et disponibles, et on se retrouve aujourd'hui quelquefois devant le paradoxe suivant : Mon PC à 3Ghz et à 1Go de Ram ne peut faire tourner ce que mon PC à 80 Mhz et 16 Mo de RAM faisaient tourner sans problème.

A mon d'installer son PC sous DOS, ce qui est toujours une option, il peut être donc difficile voir impossible d'utiliser ses vieilles
applications. Du temps de windows 9x (95,98,Me) le système d'exploitation installé n'était pas très différent de celui de l'époque.

L'utilisation d'un programme comme Mo' Slo ralentissent le processeur de la machine et permet de faire tourner à la vitesse de
l'ancien temps.

Seulement voilà : les systèmes NT (donc XP, qui en est une évolution) ne se basent pas du tout sur le DOS. Il est donc courant d'avoir de serieux plantages ou de très graves ralentissement à l'exécution des logiciels d'alors. Ralentir le processeur ne suffit donc plus.

On peut aussi utiliser des images de disquettes contenant le système d'alors et la config adaptée à la plupart des machines d'aujourd'hui comme la shinod7. Cependant il faut être prêt à rebooter son PC et a charger l'OS sur une disquette, ce qui un peu gênant.

L'effort de Microsoft pour utiliser sous windows les programmes d'en-temps est louable :

le réslutat l'est moins : ça marche queue dalle !!!

C'est là que surgit l'inattendu : dosbox.

Une émulateur PC->PC ! A ceci prêt qu'il émule le système d'alors (carte son et souris y compris) :

oui vous voyez bien ci-dessus un SET BLASTER = A220 I7 D1 !!!

 

De plus l'émulateur est suffisemment bien fait pour que l'on n'ait pas a se soucier de la taille et du type de la mémoire haute
et donc a gérer des menus de boot comme alors (XMS, EMS...) ou les drivers souris USB pour DOS (bon courage :-) ). Enfin cerise sur le gateau CTRL+F12 et CTRL+F11 permettent de déclencher le mo'sl intégré. Heeeehaaaaa !

Si vous avez de vieux jeux (comme moi) et que vous êtes dépité du fait de ne plus pouvoir vous en servir. N'hésitez plus ! dosbox. A ce sujet je voudrai remercier BOU de m'avaoir aidé en 98 à graver toute mes disquette PC (3 boites de 150) sur CD je n'arrive plus aujourd'hui a lire beaucoup d'entre elles ! Le CD, lui est toujours ok.

Ci-après quelques titres qui donnent envie de crier "vive DOSBOX !":

 

Pour apprécier DOOM 3, rien ne vaut de se rafraichir la mémoire en se lancant un bon vieux DOOM.

 

un petit frontier avec souris inversée, ze Mac ?

 

Rick Dangerous, EGA Style !

 

Hey ! Les jeunots élevés au warcraft III, tout ce qui existe aujourd'hui en matière de jeu de stratégie vient de là : DUNE 2 !!!

 

LES LIENS UTILES

Sur ces sites on trouve de tout émulateurs, roms...
Ces sites sont TRES bien fait et sont pour la plupart en français.

Qu'attendez vous ?

Un site dédié aux production de l'éditeur français loriciels (cocorico), toutes machines confondues
Encore un site faisant l'apologie d'un bon éditeur (encore français) disparu
Un site dédié à l'abandonware
Un autre site de vieilleries sous DOS (en anglais)
LE site où l'on trouve de vieux manuels au format électronique
Le monde de l'informatique familiale de garde pas seulement souvenir du software et hardware mais aussi de la presse (toutes machines confondues). Génialissime !
Un site d'émulation généraliste
Un site de qualité dédié à l'emulation en général

 

FORUM

Vous voulez partager votre expérience de l'émulation ? Il y a un forum pour ça...